Sélénium

Le sélénium produit un effet antioxydant qui pourrait s’avérer bénéfique pour protéger les cellules du stress oxydatif et donc des effets du vieillissement.

L’histoire du sélénium

Le sélénium, de symbole « Se », est un élément chimique du groupe des chalcogènes. Bien qu’il s’apparente aux métaux, il n’en est pas un.
Son numéro atomique est le 34. 
Sa découverte remonte au début du XIXe siècle grâce aux travaux des chimistes Johan Gottlied Gahn et Jöns Jacob Berzelius sur les matières boueuses résiduelles des chambres de plomb utilisées pour la préparation d’acide sulfurique. Le nom sélénium proviendrait du mot grec « selênê » qui désigne la Lune étant donné sa grande ressemblance avec l’élément tellure (qui dérive de « tellus », la Terre).
On le trouve assez facilement dans la nature car il est présent dans de nombreux minerais, notamment les pyrites de fer et de cuivre. 
Le sélénium est aussi un oligo-élément indispensable pour la majorité des espèces animales. Chez l’homme il agit de concert avec la vitamine E pour assurer un rôle d’antioxydant et sert de micronutriment utile à une multitude d’enzymes au sein de l’organisme. La carence en sélénium est rare, toutefois, elle peut entraîner un sensibilité accrue au stress oxydatif ainsi que des troubles de la fertilité et potentiellement de la thyroïde.
La consommation quotidienne moyenne de sélénium en Europe aurait diminué de moitié au cours des dernières années, en raison d'une réduction de la consommation de céréales.

A l’état naturel, le sélénium peut se présenter sous différents états d’oxydation : le séléniure (anion Se2-), le sélénite (cation Se4+) et le séléniate (cation Se6+). Ces formes inorganiques présentes dans le sol sont métabolisées par les plantes et les levures (dont la levure de bière) qui les transforment en composés organiques couplés à des acides aminés (sélénométhionine et sélénocystéine).
S’il était autrefois obtenu par le procédé des chambres de plomb, aujourd’hui, le sélénium peut être produit de plusieurs façons mais il provient en grande partie des boues anodiques qui résultent de l’affinage électrolytique du cuivre.
En tant que micronutriment, le sélénium est présent dans certains aliments comme les noix du brésil, le jaune d’œuf, les crustacés, les viandes, les poissons ou encore les fromages affinés à pâte dure. Concernant les besoins quotidiens, l’apport nutritionnel conseillé varie de 20 à 80 µg selon l’âge. En l’absence d’apports suffisants, une carence peut survenir et engendrer des problèmes de santé. A l’inverse, lorsque les apports journaliers dépassent 900 µg, un excès de sélénium peut survenir, accompagné d’un effet nocif pour le corps.
Il est possible de mesurer en laboratoire le taux de sélénium dans l’organisme avec un prélèvement de sang ou d’urine.

Voici synthétisées les principales propriétés biologiques attribuées au sélénium :

  • Effet antioxydant : nécessaire à l’hème-oxygenase et participe avec la vitamine E à l’activité de la glutathion peroxydase.
  • Synthèse protéique : indispensable pour la production de sélénoprotéines.
  • Fonctionnement normal de la thyroïde : nécessaire au fonctionnement de l’iodothyronine-5’-déiodinase (impliquée dans la synthèse d’hormone thyroïdienne).
  • Effet hypoglycémiant.
  • Système immunitaire : réponses immunitaires et inflammatoires normales.
  • Fertilité : bénéfique pour la production normale des spermatozoïdes.
  • Réduit la toxicité des métaux lourds dérivés d’alkylmercure dans l’organisme.
  • Phanères : intervient dans le maintien de l’état normal des ongles et des cheveux.

L’avis des autorités de contrôle
La commission européenne et l’EFSA (autorité européenne de sécurité des aliments) ont déclaré après avoir analysé les données disponibles que les compléments alimentaires contenant au moins 8,25 µg de sélénium pour 100 g pouvaient revendiquer les allégations suivantes : 

  • Contribue au fonctionnement normal du système immunitaire.
  • Contribue à la synthèse normale des spermatozoïdes.
  • Contribue à protéger les cellules face aux radicaux libres (stress oxydatif).
  • Contribue au fonctionnement normal de la glande thyroïdienne.
  • Contribue au maintien normal des cheveux et des ongles.

En revanche, les allégations suivantes sont interdites :

  • Maintien de la santé de la prostate.
  • Protection de la peau vis-à-vis des UV solaires (même en association avec des vitamines).
  • Maintien de la santé du cœur, des vaisseaux et des articulations.
  • Protection des cellules du corps contre les métaux lourds.
  • Amélioration du fonctionnement cérébral.

Les compléments alimentaires de sélénium sont généralement proposés en comprimés, en gélules ou sous la forme de solution buvable. Les dosages varient grandement selon la population ciblée puisque les apports conseillés dépendent notamment de l’âge et du sexe.

Tranche d’âge

Apport journalier conseillé en sélénium

Entre 1 et 3 ans

20 µg

Entre 4 et 9 ans

30 à 40 µg

Entre 10 et 12 ans

45 µg

Adolescents

50 à 55 µg

Femme adulte

50 µg

Femme enceinte ou qui allaite

60 à 70 µg

Homme adulte

60 µg

Personne âgée

80 µg

Rappelons que l’apport en sélénium provenant des aliments suffit généralement à couvrir tous les besoins de l’organisme.

Il est important de noter que les formes organiques du sélénium (c’est-à-dire sélénométhionine et sélénocystéine) bénéficient d’une meilleure absorption intestinale que les formes inorganiques (sélénate et sélénite). Le sélénium sous forme organique proposé dans les compléments alimentaires est généralement obtenu à partir d’extrait de levure de bière cultivée dans des milieux riches en sélénium.

Les laboratoires proposent des formules de sélénium seul ou associé à des vitamines et/ou des minéraux tels que le zinc.

La supplémentation en sélénium permet de corriger la carence en sélénium. Bien que rare, cette carence menace surtout les populations qui vivent dans des régions dont les sols sont particulièrement pauvres en sélénium comme la Sibérie et la Chine. Par ailleurs, les personnes atteinte de colite ulcéreuse ou de maladie de Crohn sont plus exposées à ce risque de déficit en sélénium.
Outre la carence, le sélénium produit un effet antioxydant qui pourrait s’avérer bénéfique pour protéger les cellules du stress oxydatif et donc des effets du vieillissement. Toutefois, les éventuels bienfaits d’une supplémentation en sélénium pour prévenir le cancer sont encore largement débattus au sein de la communauté scientifique et des résultats parfois contradictoires ont pu être observés. A ce jour, il est difficile de conclure quant à l’intérêt de la supplémentation avec ce produit pour la prévention du cancer en général (à l’exception du cancer de la prostate pour lequel il apparait clairement que le sélénium ainsi que la vitamine E augmentent le risque).
Même constat concernant la santé cardiovasculaire, et certains auteurs avancent même que la prise d’un complément alimentaire chez des sujets ne souffrant pas de carence pourrait augmenter le risque de survenu de diabète de type 2 ou d’hypercholestérolémie. 
Une étude menée chez 40 femmes infertiles atteintes du syndrome des ovaires polykystiques a montré qu’une supplémentation de 8 semaines avec 200 µg de sélénium avait un effet bénéfique sur le contrôle de la glycémie mais sans pour autant affecter la fertilité. 
Si la carence en sélénium peut entraîner de multiples anomalies des spermatozoïdes et affecter la fertilité masculine, toutefois la supplémentation en sélénium ne permet pas d’améliorer la qualité du sperme chez les sujets ne souffrant pas de carence. 

 

Le sélénium peut s’avérer nocif lorsqu’il est consommé en trop grande quantité (plus de 900 µg/j via un produit complément alimentaire additionné à l’apport provenant des aliments) pendant une durée prolongée. Les signes de la toxicité de cet apport élevé se manifestent principalement par des problèmes gastro-intestinaux, y compris des nausées, des vomissements et des diarrhées. D'autres symptômes peuvent inclure une perte de cheveux, des anomalies des ongles, une éruption cutanée, de la fatigue et des troubles nerveux. L'haleine peut aussi dégager une odeur aigre ou d’ail. 
Les recommandations sont de ne pas dépasser 400 µg/j pour les adultes et 280 µg/j pour les adolescents.
Cet oligo-élément est formellement contre-indiqué chez les personnes qui y sont allergiques.
Tout produit à base de sélénium est déconseillé chez les hommes car il augmente les risques de développer un cancer de la prostate (même remarque concernant la vitamine E qui augmente le risque de survenu de cancer de la prostate).
Les personnes atteintes de goitre (hypertrophie de la thyroïde) doivent également éviter d’en prendre.
Certains médicaments peuvent interagir avec le sélénium, en particulier les antiacides et les inhibiteurs de la pompe à protons (qui réduisent l’absorption du sélénium) ainsi que les corticoïdes (qui peuvent réduire le taux de sélénium dans le sang). Un avis médical est toujours préférable en cas de traitement chronique. 

Si vous souffrez d’une carence ou si vous souhaitez profiter des bienfaits du sélénium pour le système immunitaire ou pour entretenir la beauté de vos ongles et vos cheveux, il convient de choisir un dosage et une forme adaptés aux besoins de votre organisme. Peut-être préférez-vous les comprimés ou les gélules qui sont très pratiques d’utilisation mais si vous avez des difficultés à les avaler vous pouvez privilégier les solutions buvables. Les sélénium organiques présentent une meilleure biodisponibilité que les sélénium inorganiques. 
Selon votre objectif, vous pourriez aussi optez pour une formule offrant une synergie entre différents composés antioxydants comme le zinc, la vitamine A ou la vitamine C par exemple. 
Les personnes sous traitement médicamenteux ou ayant des besoins spécifiques ont tout intérêt à demander l’avis de leur professionnel de santé car bien souvent l’apport alimentaire en sélénium suffit à combler tous les besoins du corps.

Les sources de notre article : 

  • Navas-Acien A, Bleys J, Guallar E. Selenium intake and cardiovascular risk: what is new?. Curr Opin Lipidol. 2008;19(1):43-49. doi:10.1097/MOL.0b013e3282f2b261.
  • Zadeh Modarres S, Asemi Z, Heidar Z. The effects of selenium supplementation on glycemic control, serum lipoproteins and biomarkers of oxidative stress in infertile women diagnosed with polycystic ovary syndrome undergoing in vitro fertilization: A randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Clin Nutr ESPEN. 2022;51:92-96. doi:10.1016/j.clnesp.2022.07.017.
  • Hawkes WC, Alkan Z, Wong K. Selenium supplementation does not affect testicular selenium status or semen quality in North American men. J Androl. 2009;30(5):525-533. doi:10.2164/jandrol.108.006940.

En résumé les mots clés du sélénium
Sélénium, oligo-élément, carence, ongles, cheveux, spermatozoïdes, stress, antioxydant, glycémie, Crohn, cancer, système immunitaire.

 

Nous vous proposons les produits suivants :

BABY WISH

Conception - désir de grossesse