Safran

Différentes études cliniques ont permis d’évaluer l’efficacité du safran sur les dépressions légères à modérées

Histoire médicale du safran

Le safran, Crocus sativus, est une petite plante bulbeuse vivace de la famille des Iridaceae. N’existant pas à l’état sauvage, nous devons son apparition aux Grecs anciens, qui l’auraient obtenu par hybridation entre deux espèces entre 1500 et 500 ans avant J.-C. Son pollen étant stérile, il ne produit pas de graines, ainsi, sa multiplication est assuré par l’homme par partition des bulbes.
Célèbre pour son utilisation culinaire en tant qu’épice de grande valeur, le safran est également une plante médicinale de renom, cultivée en Iran, en Espagne, en Inde, en Grèce et aussi en France. Certains papyrus égyptiens mentionnent son utilisation, ainsi que les écrits de Dioscoride au Ier siècle et d’Avicenne au Xe siècle. Les médecins grecques et arabo-persans considéraient la plante comme un remède digestif, bénéfique pour la rate et la vision, capable de revigorer l’esprit vital et de désobstruer le foie et les vaisseaux.
Dès le Xe siècle en Espagne, le safran est utilisé pour soulager les spasmes, pour lutter contre l’insomnie nerveuse, l’hystérie ou encore l’absence de règles. Par ailleurs, il est utilisé comme cicatrisant et apaisant sur les gerçures et appliqué sur les gencives irritées par les poussées dentaires.
La médecine traditionnelle chinoise l’emploie pour calmer les nerfs et en cas d’aménorrhée pour lutter contre la stase sanguine.

La partie de plante utilisée, aussi bien en cuisine qu’en médecine, est le stigmate de la fleur de safran. Dans le langage courant, le terme « safran » est utilisé à la fois pour désigner les stigmates mais aussi la plante elle-même. 
Les stigmates de safran sont de couleur rouge orangé et ils mesurent entre 2.5 et 3.5 cm de long. Ils dégagent une odeur aromatique forte. Les stigmates sont récoltés à la main, le matin, puis séchés et il faut entre 100 000 et 200 000 fleurs pour produire 1 Kg de safran.
Ces stigmates renferment plus de 150 composés aromatiques volatils dont le safranal, un aldéhyde terpénique qui est en grande partie responsable de l’arôme du safran. Parmi les composés non volatils contenus dans le stigmate de safran, nous pouvons citer des caroténoïdes (zéaxanthine, lycopène, α- et β- carotènes), de la crocétine et de l’α-crocine.

Enfin, ces stigmate contiennent des minéraux, des lipides, des fibres de celluloses, des glucosides (picrocrocine, ester du β D-glucopyranose et ester du safranal) et des flavonoïdes (quercétine, rutine, lutéoline et hespéridine).

Voici la synthèse des principales propriétés du safran : 

  • Action antidépressive.
  • Amélioration des troubles cognitifs, notamment chez la personne âgée.
  • Effet neuroprotecteur.
  • Anticonvulsivant.
  • Anxiolytique et hypnotique.
  • Analgésique.
  • Antispasmodique.
  • Amélioration des troubles de la vision liés à l’âge
  • Amélioration de la fonction érectile en cas de troubles induits par un antidépresseur.
  • Effet cardioprotecteur, hypolipidémiant, hypoglycémiant.
  • Effet hypotenseur.
  • Antioxydant.
  • Anti-inflammatoire.
  • Anticancéreux (in vitro et in vivo).
  • Stimulant digestif et hépatique.
  • Amélioration des symptômes du syndrome prémenstruel.

Avis des autorités de contrôle
Le stigmate de safran est inscrit à la Pharmacopée européenne ainsi que sur la liste A de la pharmacopée française.
La commission E allemande reconnaît son utilisation traditionnelle comme sédatif nerveux sans toutefois en recommander l’usage.
L’EMA (Agence Européenne du Médicament) n’a produit aucune recommandations sur le safran.

Le safran est disponible essentiellement en complément alimentaire sous la forme de gélules ou de comprimés dosés à 15 ou 30 mg. Il est également possible d’en trouver sous la forme liquide en dilution homéopathique. En phytothérapie, le safran est généralement proposé seul ou associé à d’autres plantes telles que la rhodiole, le millepertuis ou encore le griffonia et la passiflore. 
Les conseils d’utilisation préconisent généralement un apport journalier de 15 à 30 mg mais dans certains cas, la posologie recommandée peut atteindre 60 mg par jour.
Les produits à base de safran sont généralement assez onéreux du fait du faible rendement de production et des coûts de main d’œuvre pour la récolte. Beaucoup de produits sont fabriqués en France, mais cela ne veut pas dire pour autant que la plante a été cultivée en France. Une bonne partie des produits à base de safran disponibles sur le marché sont certifiés bio.
En cuisine, les stigmates de safran sont proposés en vrac ou réduits en poudre. Etant donné son prix très élevé, les conditionnements ne dépassent que rarement les quelques grammes. Ils permettent d’assaisonner et de colorer les plats mais certaines personnes les consomment en infusion.

Différentes études cliniques ont permis d’évaluer l’efficacité du safran sur les dépressions légères à modérées et les différents résultats ont été résumés dans des méta-analyses et revues de la littérature. Les principales conclusions sont que les stigmates de safran présentent une efficacité thérapeutique similaire aux traitements de référence avec réduction significative de la sévérité des symptômes dépressifs.

Les preuves cliniques existantes suggèrent que la supplémentation orale avec du safran pourrait avoir des effets positifs sur divers paramètres liés à la vision chez les adultes atteints de DMLA, de glaucome à angle ouvert et de maculopathie diabétique.

Une publication de 2019 souligne les effets bénéfiques du safran sur des facteurs de risque cardiovasculaires chez plus de 600 participants avec notamment réduction de la glycémie, du poids, du tour de taille et de la pression artérielle diastolique.

De même, des résultats très encourageants ont été obtenus dans le traitement de l’inflammation chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde grâce à des extraits de safran en monothérapie et en association avec le méthotrexate.
Une récente revue de la littérature, publiée en 2024 et incluant un cinquantaine d’études, vient confirmer l’efficacité du safran pour soulager différents troubles féminins (dysménorrhée, syndrome prémenstruel, ménopause, maladie des ovaires polykystiques et troubles sexuels).

Le safran présente un toxicité à très forte dose, c’est-à-dire à partir de 1.5 g, en sachant que la dose létale est définie à 20 g.
Le safran est contre-indiqué durant la grossesse (risque abortif à forte dose) ainsi qu’en cas d’hypersensibilité (allergie au safran).
Par manque de données et par principe de précaution, il est déconseillé pendant l’allaitement.
Certains effets indésirables ont été rapportés suite à l’ingestion de doses dépassant 1.5 g : troubles de la coagulation (saignements, épistaxis), troubles digestifs, hématurie, vertiges, coloration jaune de la peau, engourdissements, chute de tension et thrombopénie.
Du fait de son effet hypotenseur, un avis médical est indispensable avant la prise concomitante de safran à forte dose (100 mg par jour) et d’un médicament anti-hypertenseur.
Bien qu’aucune étude n’ait montré d’interaction médicamenteuse avec le safran, par précaution, les personnes sous traitement antidépresseur doivent prendre l’avis de leur professionnel de santé avant de démarrer une cure avec du safran.

Avant de vous procurer un complément alimentaire contenant du safran, il est primordial de vérifier que vous n'avez aucune contre-indication. En cas de doute, n'hésitez pas à consulter un professionnel de santé, surtout si vous prévoyez de le prendre en parallèle avec d'autres médicaments.
Si votre objectif est de soigner des troubles de l’humeur avec du safran, nous ne pouvons que vous recommander une évaluation et un suivi médico-psychologique pour encadrer la prise de safran et obtenir des conseils personnalisés pour la dose journalière et la durée de la cure. 
Afin de trouver le produit qui correspond à vos attentes, prenez le temps de faire quelques recherches pour comparer les prix, les avis et pour vous faire une opinion de la réputation des laboratoires. Si possible privilégiez des produits certifiés bio, fabriqués en France et vendus en pharmacie.

Les sources de cet article et les références des études

  • Jacques Fleurentin : Du bon usage des plantes qui soignent – Editions Ouest-France
  • Eric Lorrain : Grand manuel de phytothérapie – Editions Dunod
  • Tóth B, Hegyi P, Lantos T, et al. The Efficacy of Saffron in the Treatment of Mild to Moderate Depression: A Meta-analysis. Planta Med. 2019;85(1):24-31. doi:10.1055/a-0660-9565
  • Lopresti AL, Drummond PD. Saffron (Crocus sativus) for depression: a systematic review of clinical studies and examination of underlying antidepressant mechanisms of action. Hum Psychopharmacol. 2014;29(6):517-527. doi:10.1002/hup.2434
  • Heitmar R, Brown J, Kyrou I. Saffron (Crocus sativus L.) in Ocular Diseases: A Narrative Review of the Existing Evidence from Clinical Studies. Nutrients. 2019;11(3):649. Published 2019 Mar 18. doi:10.3390/nu11030649
  • Pourmasoumi M, Hadi A, Najafgholizadeh A, Kafeshani M, Sahebkar A. Clinical evidence on the effects of saffron (Crocus sativus L.) on cardiovascular risk factors: A systematic review meta-analysis. Pharmacol Res. 2019;139:348-359. doi:10.1016/j.phrs.2018.11.038
  • Chrastina M, Dráfi F, Pružinská K, et al. Crocus sativus L. Extract (Saffron) Effectively Reduces Arthritic and Inflammatory Parameters in Monotherapy and in
  • Combination with Methotrexate in Adjuvant Arthritis. Nutrients. 2023;15(19):4108. Published 2023 Sep 22. doi:10.3390/nu15194108
  • Hasheminasab FS, Azimi M, Raeiszadeh M. Therapeutic effects of saffron (Crocus sativus L) on female reproductive system disorders: A systematic review. Phytother Res. Published online April 1, 2024. doi:10.1002/ptr.8186

En résumé, les mots clés du safran
Fleur, épice, stigmate, safranal, crocétine, dépression, humeur, vision, complément alimentaire

Nous vous proposons les produits suivants :

DESIR LAND

Energie sexuelle et libido