Accueil Plantes & Actifs Ginkgo Biloba

Ginkgo Biloba

L’arbre aux quarante écus permet d’améliorer la microcirculation à travers un effet vasodilatateur au niveau artérielle et un effet vasoconstricteur au niveau veineux.

Histoire médicale du ginkgo biloba

Apparu il y a 250 millions d’années en Extrême-Orient, le Ginkgo biloba est la seule espèce rescapée de la famille des Ginkgoaceae. Cet arbre originaire d’Asie peut mesurer jusqu’à 40 mètres de haut et vivre pendant plusieurs milliers d’années. Célèbre pour son étonnante résistance, c’est la seule espèce végétale a avoir survécu aux radiations d’Hiroshima. Il est parfois surnommé « l’arbre aux quarante écus » ou encore « arbre aux mille écus ».
Le premier ouvrage médical à le mentionner est le traité de médecine chinoise de Shennong datant du 1er siècle après J.-C. On lui attribue la réputation de stimuler la circulation et l’énergie pulmonaire, de combattre la toux et l’asthme ainsi que les leucorrhées et les pollutions nocturnes. Ses graines (comparables à des amandes) et non ses feuilles, sont inscrites dans la pharmacopée chinoise dès l’époque de la dynastie Yuan (1280-1368). Cependant, l’utilisation médicinale du ginkgo prend véritablement son essor avec la publication du compendium remarquable de Li Shizhen en 1596. 
L’arbre aux quarante écus est introduit en Europe comme plante ornementale au XVIIIe siècle mais il faudra attendre avant que son efficacité thérapeutique ne soit étudiée. Les travaux réalisés aboutiront à la production de médicaments tout d’abord en Allemagne dans les années 1960 puis en France dans les années 1970 pour le traitement des symptômes du vieillissement cérébral ainsi que pour le traitement de certains troubles de la circulation sanguine. 

Ce sont les feuilles séchées de la plante qui sont utilisées en phytothérapie. Elles contiennent des terpènes (bilobalide, dihydroatlantone, bilobalone, ginkgolides), des flavonoïdes (flavonols, biflavonols, flavanols), des proanthocyanidols, des hydrocarbures, des alcools aliphatiques, des aldéhydes et des cétones, des acides phénols, des phénols, des stérols, des polysaccharides et des lectines.
Les actifs ginkgolides A et B et le bilobalide agissent notamment par antagonisme du PAF (« Platelet Activating Factor ») et sont directement impliqués dans les propriétés du ginkgo biloba au niveau sanguin.

 

Voici la synthèse des principales propriétés pharmacologiques associées aux feuilles du ginkgo biloba :  

  • Antioxydant et neuroprotecteur.
  • Anti-ischémique et vasodilatateur.
  • Vasculoprotecteur (y compris au niveau cérébral).
  • Amélioration de la plasticité cérébrale et de la mémorisation.
  • Antiagrégant plaquettaire avec amélioration de l’écoulement du sang.
  • Action sur les acouphènes et les vertiges.
  • Hypolipémiant.
  • Anti-inflammatoire et protecteur du tissu conjonctif.
  • Antiviral.
  • Anticancéreux in vitro dans le cas du cancer du poumon non à petites cellules.
  • Anti-vitiligo.

Avis des autorités de contrôle

Les feuilles du ginkgo biloba sont inscrites sur la liste A de la pharmacopée française.
L’EMA (agence européenne du médicament) reconnaît l’utilisation traditionnelle du ginkgo pour le soulagement des jambes lourdes et des troubles circulatoires mineurs. L’agence estime par ailleurs que son usage est cliniquement bien établi pour l’amélioration de la déficience cognitive (perte de mémoire, baisse de concentration) liée à l’âge. 
Selon l’OMS ainsi que la Commission E allemande, l’utilisation de la plante est cliniquement prouvée en tant que traitement adjuvant des symptômes des déficits cérébraux légers à modérés liés à la démence sénile d’origine vasculaire (donc troubles de la mémoire et perte de capacités intellectuelles).

Le ginkgo biloba peut se présenter sous de nombreuses formes, tisane, poudre de feuilles conditionnée en gélules ou en comprimés, macérât de bourgeons, teintures ou extraits non standardisés toutefois il convient de préciser que la plupart des études prouvant l’efficacité du ginkgo ont été réalisées à partir d’extraits standardisés. Par ailleurs, ces produits affichent généralement un prix plus élevé. 
Il existe des médicaments qui en contiennent (en comprimés, en gélules ou en solution buvable) ainsi que des préparations magistrales et des compléments alimentaires. Certains de ces médicaments contiennent par ailleurs d’autres principes actifs. 
On peut le trouver seul ou associé à d’autres plantes (en gélules, en tisane ou en mélange d’extraits de plantes standardisés) telles que la vigne rouge, le cassis ou l’hamamélis pour améliorer la circulation sanguine ou encore le bacopa et le ginseng pour les fonctions cognitives (mémoire, concentration).
De nombreux produits proposés sur le marché sont certifiés bio. Malheureusement, il arrive que l’on retrouve des résidus de pesticides même dans les produits bio.  Gardez bien à l’esprit qu’il existe en parallèle des produits non bio mais faisant l’objet de contrôles systématiques pour garantir l’absence de contaminants. 

Les très nombreuses études cliniques réalisées ont permis de confirmer l’efficacité et l’étendue des propriétés du ginkgo biloba sur le système circulatoire. En effet, l’arbre aux quarante écus permet d’améliorer la microcirculation à travers un effet vasodilatateur au niveau artérielle et un effet vasoconstricteur au niveau veineux. En outre, il permet d’améliorer la déformabilité des globules rouges et exerce une action antiagrégante plaquettaire ce qui contribue à améliorer la circulation du sang. De ce fait, il est souvent utilisé en cas d’insuffisance veinocapillaire, d’hémorroïdes, d’artériopathies chroniques oblitérantes des membres inférieurs et pour la protection vasculaire chez les patients dyslipidémiques ou hypertendus. Il pourrait s’avérer utile en cas de DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge), en prévention du mal aiguë des montagnes et face aux complications vasculaires du diabète.
En revanche, des données contradictoires ont été obtenues lors des essais cliniques sur la démence et le déclin cognitif. Si plusieurs revues et méta-analyse aboutissent à la conclusion que la plante peut améliorer les troubles, le comportement et la qualité de vie des patients, de plus en plus de publications, portant sur des milliers de participants aboutissent quant à elles à des conclusions inverses. En outre, le ginkgo ne présenterait aucune efficacité à prévenir la maladie d’Alzheimer ou le déclin de la mémoire d’origine non vasculaire.

Les effets secondaires qui peuvent survenir sont des allergies, des réactions cutanées, des nausées, des troubles gastro-intestinaux, des maux de tête ou des vertiges.
Les contre-indications sont l’hémophilie, la grossesse, l’allaitement (par prudence car absence de données suffisantes) et l’allergie connue au ginkgo biloba. 
Il convient d’arrêter le traitement 3 jours avant une intervention chirurgicale. 
Par précaution, l’EMA ne recommande pas le ginkgo aux enfants de moins de 18 ans.
Il existe un risque théorique d’augmentation des effets des anticoagulants, cependant, les résultats d’études cliniques sont plutôt contradictoires et ne montrent pas de majoration de l’hémostase ni de problème de sécurité avec l’aspirine et la warfarine. Malgré tout, par prudence, il est conseillé d’instaurer une surveillance médicale en cas de prise d’anticoagulants ou d’antiagrégants plaquettaires. 
De plus, un avis médical et une surveillance adaptée sont également suggérés en cas de prise concomitante avec d’anti-inflammatoires (rofécoxib), de diazépam, de trazodone ou d’antiépileptiques (carbamazépine, valproate).
En théorie, les effets d’autres plantes capables de fluidifier la circulation pourraient s’additionner à l’action du ginkgo biloba. 

Si vous ne présentez pas de contre-indication et que vous souhaitez bénéficier des bienfaits du ginkgo biloba pour votre santé, vous devez commencer par choisir la forme qui vous convient le mieux (gélules, comprimés, solution buvable, extraits standardisés) en sachant que la dose généralement recommandée est de 120 mg d’extrait par jour pour une meilleure efficacité.

Selon l’effet recherché vous pourriez aussi vous intéresser aux mélanges avec d’autres plantes médicinales. Il sera bien-sûr primordial d’être attentif à la qualité du produit et à la réputation du laboratoire qui le propose. N’hésitez surtout pas à poser des questions et à comparer les avis et les prix. Un prix trop attractif par rapport à la concurrence doit vous inciter à être méfiant. Dans l’idéal vous devez vous orienter vers un produit certifié bio ou encore mieux, vers un produit faisant l’objet d’un contrôle qualité garantissant l’absence de contaminant et la standardisation du dosage. Ainsi un produit pharmaceutique est plus qualitatif qu’un produit seulement certifié bio mais son prix est généralement plus élevé.
En cas de symptômes persistants, il faut consulter un professionnel de santé.

Les sources de cet article et les références des études

  • Jacques Fleurentin : Du bon usage des plantes qui soignent – Editions Ouest-France
  • Eric Lorrain : Grand manuel de phytothérapie – Editions Dunod
  • DeKosky ST, Williamson JD, Fitzpatrick AL, et al. Ginkgo biloba for prevention of dementia: a randomized controlled trial [published correction appears in JAMA. 2008 Dec 17;300(23):2730]. JAMA. 2008;300(19):2253-2262. doi:10.1001/jama.2008.683
  • Liu Y, Xin H, Zhang Y, Che F, Shen N, Cui Y. Leaves, seeds and exocarp of Ginkgo biloba L. (Ginkgoaceae): A Comprehensive Review of Traditional Uses, phytochemistry, pharmacology, resource utilization and toxicity. J Ethnopharmacol. 2022;298:115645. doi:10.1016/j.jep.2022.115645

En résumé, les mots clés du ginkgo biloba
Microcirculation, mémoire, maladie d’Alzheimer, démence, anticoagulant, fluidifiant, extraits standardisés, complément alimentaire

RELAX VALERIANE

Endormissement difficile et réveil nocturne

23,90 €
BOOST VITAMINE B12

Votre allié santé essentiel à tout votre organisme

29,90 €
CYCLIC MELATONINE 1.8

Dormir plus vite et plus profondément

28,90 €