Accueil Plantes & Actifs Gattilier - Vitex agnus-castus

Gattilier - Vitex agnus-castus

Les études cliniques réalisées sur le gattilier ont permis de confirmer son efficacité pour le traitement du syndrome prémenstruel et de tous les symptômes associés

Histoire médicale du gattilier

Le gattilier (Vitex agnus-castus en latin) est un arbrisseau de la famille des Lamiaceae originaire d’Asie centrale et de la région méditerranéenne. Son histoire médicinale remonte à l’époque de l’Antiquité avec la médecine grecque puisque le célèbre Hippocrate recommandait le gattilier pour réguler le cycle menstruel tandis que Dioscoride le conseillait pour apaiser les douleurs utérines ainsi que le désir sexuel. Pline l’ancien dira dans ses écrits que la plante calme les assauts de l’amour. Les feuilles étaient alors utilisées pour confectionner des couronnes pour les femmes en tant que symbole de chasteté.
Au Moyen-Age, le gattilier conserve surtout la réputation d’être anaphrodisiaque et de pouvoir rendre l’homme chaste comme un agneau d’où son nom latin « agnus castus ». De ce fait, les moines l’employaient pour réduire leur libido et la plante fut ainsi surnommée le « poivre des moines » (ses fruits rappelant les baies de poivre). 
Au XXe siècle, le médecin français Henri Leclerc lui attribue des propriétés emménagogues et le recommande par ailleurs pour les troubles neurovégétatifs, l’insomnie, les angoisses, les palpitations et les spasmes.

Gattilier - Vitex agnus-castus - Les études cliniques réalisées sur le gattilier ont permis de confirmer son efficacité pour le traitement du syndrome prémenstruel et de tous les symptômes associés

Ce sont surtout ses fruits qui sont utilisés en phytothérapie et dans une moindre mesure ses sommités fleuries. Ses fruits, qui sont des baies comparables à celles du poivre, sont composés d’iridoïdes (aucuboside, eurostoside, agnuside), de flavonoïdes (orientine, casticine, pendulétine), de diterpènes (vitexilactone, rotundifurane, clérodadéniols), de tanins, de triglycérides et d’huile essentielle à 1-8 cinéol, sabinène, caryophyllène et acétate d’alfa-terpinyl.

Propriétés pharmacologiques connues à ce jour pour les extraits des fruits du gattilier :

•    Activité anti-prolactine (inhibition de la sécrétion de prolactine par les cellules hypophysaires.
•    Agoniste des récepteurs μ aux opiacés (mimant l’action de la β-endorphine) ce qui normalise la sécrétion de GnRh (action anti-FSH).
•    Agoniste dopaminergique.
•    Effet anti-œstrogène, anti-androgène et augmente la concentration de progestérone en milieu de cycle.
•    Emménagogue : régularisation du cycle menstruel par stimulation de l’afflux sanguin dans la région pelvienne. Aide à corriger les anomalies du cycle provoquées par une insuffisance lutéale et une hyperprolactinémie.
•    Amélioration du syndrome prémenstruel.
•    Amélioration des troubles climatériques de la ménopause
•    Augmentation de la fertilité liée à une insuffisance lutéale.
•    Antiprolifératif sur certaines cellules cancéreuses et inducteur d’apoptose.
•    Antalgique.
•    Antioxydant.
•    Antibactérien (actif sur Streptococcus mutans, Streptococcus mitis et Lactobacillus casei). 
•    Antifongique (actif sur Candida albicans).

Avis des autorités de contrôle

Les fleurs et les fruits du gattilier sont inscrits sur la liste A de la pharmacopée Française.
Pour l’EMA (agence européenne du médicament), le gattilier s’utilise traditionnellement pour soigner les troubles mineurs du syndrome prémenstruel.
L’ESCOP (Coopérative scientifique européenne de phytothérapie) reconnaît son utilisation pour le syndrome prémenstruel, l’aménorrhée et les irrégularités du cycle menstruel ainsi que les douleurs aux seins associées au cycle.
La commission E du ministère de la santé allemand admet l’utilisation du gattilier dans le traitement des troubles prémenstruels, des douleurs aux seins, des règles irrégulières, des symptômes associés à une déficience du corps jaune et pour aider à traiter l’acné.

Le gattilier existe en préparation magistrale ou en complément alimentaire. Il se présente sous de nombreuses formes galéniques, en poudre de baies séchées ou en extraits secs conditionnés en gélules et en comprimés, en extraits fluides, en EPS (extraits de plantes fraîches standardisés), en teinture-mère et en infusion. La posologie dépend de la forme et il convient de respecter les modalités de prise indiquées par le fabricant ou par un professionnel de santé.
Il peut se prendre seul ou associé à d’autres plantes médicinales telles que l’alchémille, la sauge, l’ortie racine, le houblon ou encore l’artichaut par exemple. 
Vous trouverez sur le marché des produits bio et d’autres non bio mais pouvant faire l’objet d’un contrôle qualité fiable comme dans le cas des produits de qualité pharmaceutique.

Les études cliniques réalisées sur le gattilier ont permis de justifier son utilisation et de confirmer son efficacité pour le traitement du syndrome prémenstruel et de tous les symptômes associés (dont des douleurs mammaires, une instabilité émotionnelle, des céphalées et des règles douloureuses).

En outre, les publications permettent de valider ses bienfaits et son efficacité sur les règles irrégulières liées à une insuffisance de progestérone. Certaines études indiquent même que la plante a contribué à améliorer des troubles post-menstruels ainsi que certains cas d’infertilité chez les femmes. En revanche les effets et bénéfices à la ménopause restent à démontrer.

La plante en elle-même ne présente pas de toxicité connue à ce jour. Toutefois, elle est contre-indiquée chez les femmes enceintes et allaitantes, chez les personnes qui y sont allergiques ou lors d’un protocole de fécondation in vitro.
Le gattilier présente une très bonne tolérance. Quelques rares effets secondaires ont néanmoins été rapportés tels que des nausées et des troubles gastro-intestinaux, des maux de tête, des réactions allergiques (prurit, rash cutané), de l’acné, et des troubles menstruels.

Théoriquement, il pourrait se produire une interaction avec les médicaments agissants sur les récepteurs de la dopamine (antiparkinsoniens, neuroleptiques et certains antiémétiques) ainsi qu’avec les médicaments contenant des hormones féminines (estrogènes et progestérone) et avec les traitements qui s’opposent à celles-ci. Il n’y a cependant pas d’interférence avec les contraceptifs oraux. Ceux et celles qui prennent un traitement médicamenteux et qui ont un doute peuvent toujours demander l’avis d’un professionnel de santé.

La première étape consiste à vérifier que vous ne présentez pas de contre-indication. Ensuite, il convient de définir votre objectif. Pourquoi voulez-vous du gattilier ? Pensez-vous à le prendre associé à d’autres plantes médicinales pour plus de bienfaits et d’efficacité ? Sachez que la prise de tout remède à visée hormonale nécessite un délai de 3 mois avant de pouvoir observer un résultat.

De plus, vous devez aussi définir la forme que vous souhaitez adopter (gélules, gouttes buvable, infusion ?). Les gélules sont très pratiques mais ne sont pas toujours faciles à avaler pour certaines personnes. Une fois le type de produit déterminé, il sera assez facile de trouver la posologie appropriée en interrogeant le vendeur ou le fabricant. 

Comme toujours, vous devez vous interroger sur la qualité du produit et sur la fiabilité du fabricant. Vous pouvez entreprendre quelques recherches afin de déterminer quelle est la réputation du laboratoire. Tentez de vérifier si le produit est certifié bio ou s’il n’est pas bio, assurez-vous qu’il a fait l’objet d’un contrôle qualité assurant l’absence de contaminants. N’hésitez pas à comparer les avis et les prix, en gardant à l’esprit qu’un prix trop attractif par rapport à la concurrence doit inciter à se poser des questions.
En cas de symptômes persistants, vous devez consulter un médecin.

Les sources de cet article et les références des études

  • Jacques Fleurentin : Du bon usage des plantes qui soignent – Editions Ouest-France
  • Eric Lorrain : Grand manuel de phytothérapie – Editions Dunod
  • Zamani M, Neghab N, Torabian S. Therapeutic effect of Vitex agnus castus in patients with premenstrual syndrome. Acta Med Iran. 2012;50(2):101-106.
  • Milewicz A, Gejdel E, Sworen H, et al. Vitex agnus castus extract in the treatment of luteal phase defects due to latent hyperprolactinemia. Results of a randomized placebo-controlled double-blind study. Arzneimittelforschung. 1993;43(7):752-756.
  • Halaska M, Beles P, Gorkow C, Sieder C. Treatment of cyclical mastalgia with a solution containing a Vitex agnus castus extract: results of a placebo-controlled double-blind study. Breast. 1999;8(4):175-181. doi:10.1054/brst.1999.0039
RELAX VALERIANE

Endormissement difficile et réveil nocturne

23,90 €
BOOST VITAMINE B12

Votre allié santé essentiel à tout votre organisme

29,90 €
CYCLIC MELATONINE 1.8

Dormir plus vite et plus profondément

28,90 €