Accueil Plantes & Actifs Probiotiques

Probiotiques

Les probiotiques peuvent être utilisés pour simplement entretenir et rééquilibrer la flore intestinale ou pour traiter des pathologies au niveau intestinal

Le microbiote représente la 1ère barrière de notre écosystème intestinal avec ses 40.000 bactéries. Il nous protège des pathogènes, participe à la synthèse de nos vitamines (K et B), immunoglobulines (pour l’immunité) et enzymes digestives, joue un rôle dans la dépression (modulation du système nerveux central) et dans l’obésité (stockage des graisses),...
Sous certains facteurs environnementaux (antibiotiques, alimentation inadaptée, alcool, infection bactérienne, changement hormonal, césarienne,...), génétiques (polymorphisme) ou psychologiques (stress, dépression), le microbiote se déséquilibre : baisse de la diversité et du nombre des bactéries protectrices et augmentation des bactéries pathogènes. Cette dysbiose entraîne perméabilité intestinale, dysimmunité, troubles fonctionnels intestinaux, intolérance alimentaire, maladies inflammatoires, surpoids, stress et dépression…

Des micro-organismes vivants...

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui, ingérés en quantité suffisante, vont coloniser temporairement notre intestin pour rétablir l’homéostasie du microbiote et lutter contre la dysbiose. 

Probiotiques - Les probiotiques peuvent être utilisés pour simplement entretenir et rééquilibrer la flore intestinale ou pour traiter des pathologies au niveau intestinal

En 1899, Dr Tissier, pédiatre de l’Institut Pasteur, découvre le bifidobacterium bifidum en faisant des recherches sur la flore intestinale normale et pathologique du nourrisson. 
Dix ans plus tard, la longévité de certaines populations en Bulgarie est reliée à l'absorption de produits laitiers fermentés et une bactérie lactique est identifiée: Lactobacillus delbrueckii subsp. bulgaricus.
En 1917, une souche non pathogène d'Escherichia coli est isolée à partir des selles d'un soldat qui n'a pas développé de dysenterie lors d'une épidémie de shigellose. Ainsi est lancé le concept de traitement des troubles intestinaux graves par des souches vivantes non pathogènes (rémission de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse).
L'origine du terme « probiotique », par opposition à antibiotique, est attribuée au bactériologue Werner Kollath (1953).
Diverses études récentes s’accordent à dire que des bactéries lactiques, en particulier Lactobacillus rhamnosus GG, Lactobacillus casei, Lactobacillus acidophillus, Bifidobacterium bifidus et la levure Sacharomyces boulardii peuvent réduire les risques de contracter les diarrhées infectieuses aiguës d’origine virale et leur durée, chez les enfants comme chez les adultes.
En s’appuyant sur 12 études cliniques, la méta-analyse la plus récente sur l’utilisation prophylactique des probiotiques conclut que des doses quotidiennes d’au moins 10 milliards UFC de Saccharomyces boulardii ou d’un mélange de Lactobacillus rhamnosus GG et Bifibobacterium bifidus, offrent une protection contre la tourista.
D’autres méta-analyses des années 2000 montrent que les probiotiques soulagent les symptômes du syndrome de l’intestin irritable (douleurs abdominales, flatulences, ballonnements) ainsi que leur fréquence.
En 2006, 31 études sur plus de 300 patients ont montré que les probiotiques diminuent le risque de diarrhées associées aux antibiotiques (-57%), et en 2007, 14 études randomisées concluent à leur efficacité, pour éliminer Helicobacter pylori dans les gastrites et ulcères gastroduodénaux en association aux antibiotiques.

Les probiotiques les plus étudiés appartiennent à deux genres : les bifidobactéries et les lactobacillus. Ils composent la flore protectrice de fermentation.
Au niveau du mucus de protection de l’estomac, les bifidobactéries se fixent aux cellules épithéliales: elles créent une compétition de site (et de substrat) avec les bactéries pathogènes et limitent leur prolifération. Elles stimulent la synthèse de substances antimicrobiennes et d’anticorps (de neurotransmetteurs et d’enzymes également) et donc l'immunité.
Au niveau intestinal, elles participent à la production des vitamines B (1, 2, 6 et 12).

Elles regroupent plusieurs espèces intéressantes:

  • Bifidobacterium bifidum (bifidus): aide à la prolifération des bactéries protectrices et limite les diarrhées,
  • Bifidobacterium lactis: améliore la digestion au niveau intestinal en produisant acides lactique et acétique,
  • Bifidobacterium longum : anti inflammatoire au niveau du côlon, limite les constipations et diarrhées dues aux antibiotiques,
  • Bifidobacterium infantis: participe aux défenses immunitaires et limite les ballonnements.

Les Lactobacillus sont représentées par:

  • Lactobacillus acidophilus: produit l’acide lactique (à partir de la décomposition des glucides) pour diminuer le pH et conserver ainsi une défense contre les infections bactériennes et réduire allergies, intolérance au lactose (en décomposant le lactose) et ballonnements/douleurs intestinales,
  • Lactobacillus casei: compétition de site au niveau intestinal pour éradiquer les pathogènes, lutte contre la tourista et les gastroentérites,
  • Lactobacillus plantarum: lutte contre les ballonnements, douleurs, constipations,
  • Lactobacillus rhamnosus: lutte contre les salmonelles, les diarrhées à rotavirus (fréquentes chez les enfants),
  • Lactobacillus reuteri: produit des substances antimicrobiennes (reutérine et reutericycline) inhibant E. coli notamment, réduit le LDL cholestérol sanguin et contribue à la bonne santé cardiovasculaire.

La levure Saccharomyces boulardii a aussi été très étudiée comme probiotique (autorisée comme médicament dans le traitement des diarrhées).
Remarque: ne pas confondre la levure de bière boulardii séchée à froid qui reste vivante et la levure de bière ordinaire rendue inactive par un séchage à haute température.

Les produits fermentés contenant des bactéries lactiques et acides, obtenus par fermentation lactique, sont les meilleures sources de probiotiques naturels dans l’alimentation:

  1. yaourts, lactosérum (petit lait), fromages au lait cru, babeurre (lait caillé),
  2. légumes marinés : choucroute, pickles, kimchi,
  3. produits à base de soja fermenté : doenjang (cuisine coréenne), miso et nattō (cuisine japonaise), sauce de soja, yaourts au soja,
  4. boissons fermentées: kéfir, leben, kombucha.

Les probiotiques contenus le plus souvent dans les yaourts sont Lactobacillus bulgaricus , Streptococcus thermophilus et Bifidobacterium.

La levure de bière est composée de micro-organismes et de souches de champignons tels que Saccharomyces cerevisiae. Attention à la choisir active (ou “revivifiable”), simplement déshydratée et non chauffée à haute température afin qu’elle garde ses propriétés.

Les probiotiques peuvent être utilisés pour simplement entretenir et rééquilibrer la flore intestinale ou pour traiter des pathologies au niveau intestinal et au niveau périphérique:
●    prévenir et traiter les diarrhées infectieuses aiguës (gastro entérite, tourista) ou chroniques, et les constipations fonctionnelles (facilite le transit),
●    prévenir les diarrhées associées aux antibiotiques,
●    soulager les symptômes de l'intestin irritable (SII), des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI), les coliques du nourrisson (L. reuteri),
●    lutter contre les infections à Helicobacter pylori, les candidoses chroniques,
●    améliorer les intolérances alimentaires, au lactose,
●    stimuler l’immunité et prévenir/traiter les infections récidivantes ORL (otites, angines, rhinopharyngites), bronchopulmonaires (asthme) et urogénitales (mycoses, cystites), mais aussi les allergies (eczéma atopique, rhinites,...),
●    réduire les rechutes dans les maladies auto-immunes (maladie de Crohn, polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaque, …).

Pour avoir un effet bénéfique sur la santé, les probiotiques doivent répondre à plusieurs critères de qualité et conditions :
●    êtres vivants ou lyophilisés (nécessaire à la survie et l'efficacité des probiotiques) en étant d’une innocuité totale ;
●    être sélectionnés pour l'effet recherché (chaque souche a un effet différent) ;
●    résister aux sucs salivaires, gastriques, biliaires et pancréatiques afin qu’ils parviennent vivants dans le côlon et en nombre suffisant ;
●    être utilisés à des doses efficaces, à partir de 10 milliards d’UFC (Unité Formatrice de Colonies)/gélule et en cure d'au moins dix jours par mois ;
●    avoir bénéficié d'une démonstration d'efficacité chez l'être humain (sain et malade).

Les probiotiques sont cultivés industriellement et lyophilisés pour être administrés sous forme de compléments alimentaires. Les pharmacies, parapharmacies et magasins bio (made in France) proposent généralement un large choix. Il peut s’agir de micro-organismes seuls ou en association avec des prébiotiques (nourriture nécessaire pour leur développement). Privilégier les formules avec plusieurs types de souches (au moins 6) plus efficaces.
La forme gélule est pratique mais s’assurer que les gélules soient gastrorésistantes et entérosolubles.
Les comprimés sont peu efficaces car les probiotiques y sont dénaturés et non protégés de l'acidité gastrique. 
Les sachets sont intéressants pour des cures courtes ou pour les enfants, mais comme dans les comprimés, les bactéries vivantes ne seront pas efficacement protégées.
Les formes buvables sont adaptées aux enfants. 

Quelque soit la forme utilisée, les probiotiques sont sensibles à la chaleur; ne pas les prendre avec un liquide chaud et les conserver au frigo de préférence. Pour une bonne absorption, ils sont à consommer hors des repas.
Selon l’indication, les cures de probiotiques varient. Un mois de cure peut suffir en cas de désordre intestinal temporaire (constipation, diarrhées). Contre les affections chroniques (syndrome de l’intestin irritable, allergies), l’idéal est de réaliser des cures régulières pendant 3 mois, à renouveler dans l’année. En cas d’allergies saisonnières, commencez la supplémentation au moins un mois avant le début de la période à risque.

Des effets indésirables digestifs tels que ballonnements, gazs ou constipation peuvent apparaître en début de traitement. Il faut donc tenter de diminuer les doses (et augmenter petit à petit ensuite pour laisser les intestins s’adapter aux nouvelles bactéries) ou même revoir le traitement.
En l’absence de données scientifiques suffisantes, la prise de probiotiques est déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes, aux prématurés et aux personnes immunodéprimées (risque d’infections; prendre un avis médical).

Sources

Probiotiques - Complément alimentaire - VIDAL
Les Probiotiques - Bienfaits, Mensonges, Conseils, Indications (passeportsante.net)
Probiotique — Wikipédia (wikipedia.org)
DUI de physionutrition de Grenoble 2021-2022
L. acidophilus : Bienfaits de cette espèce probiotique Lactobacillus (nutriandco.com)
Lactobacillus reuteri LR92 : bienfaits, origine, sources et propriétés - Therascience

RELAX VALERIANE

Endormissement difficile et réveil nocturne

23,90 €
BOOST VITAMINE B12

Votre allié santé essentiel à tout votre organisme

29,90 €
CYCLIC MELATONINE 1.8

Dormir plus vite et plus profondément

28,90 €