D-Mannose

Le D-mannose est un sucre simple ou ose qui est assez proche du glucose.

Qu’est-ce que le D-mannose ?

Le D-mannose est un sucre simple ou ose qui est assez proche du glucose. Son étymologie fait référence à la fameuse manne divine. D’origine naturelle, ce sucre est produit en petite quantité au sein de l’organisme et il est par ailleurs contenu dans certains fruits comme par exemple la myrtille, la pomme ou la canneberge plus communément appelée « cranberry ».
Le D-mannose est une molécule qui présente un intérêt pour la santé, en particulier au niveau du système urinaire. En effet, il est réputé bénéfique pour le confort urinaire car il permettrait de lutter de contre les cystites et autres infections urinaires basses. Il n’est pas rare que de tels troubles surviennent lorsque le microbiote est mal équilibré car les germes peuvent alors migrer vers la vessie. Les femmes sont plus sujettes à ces infections que les hommes. On considère qu’environ 7 femmes sur 10 connaissent au cours de leur vie au moins 1 épisode d’infection urinaire. Mais ces problèmes ne sont pas exclusivement féminins puisqu’ils peuvent aussi se produire chez les hommes. En France, de plus en plus de personnes ont recours au D-mannose de plus en plus de formules sont disponibles en pharmacie. 

D-Mannose - Le D-mannose est un sucre simple ou ose qui est assez proche du glucose.

Le mannose est un hexose de même formule brute que le glucose à savoir C6H12O6. Ces deux sucres ne diffèrent finalement qu’au niveau de la configuration du deuxième carbone. Par ailleurs, le mannose possède deux isomères (la forme « L » et la forme « D ») mais la plupart des sucres sont présents dans la nature sous leur forme « D ». Tout comme la plupart des monosaccharides, le D-mannose a la possibilité de se cycliser et c’est d’ailleurs la forme cyclique que l’on retrouve majoritairement en solution et dans les cellules. Du fait de cette cyclisation, on retrouve deux types de conformations appelées anomères « α » et « β ». Le D-mannose se présente sous la forme d’une poudre cristalline de couleur blanche qui se solubilise très facilement à température ambiante. Une fois solubilisé dans l’eau, on se retrouve avec environ 40% de β-D-mannose contre 60% d’α -D-mannose.
Dans l’industrie pharmaceutique, il est généralement produit par extraction à partir de végétaux (bois de résineux, de Fagaceae et de Betulaceae).
Il faut savoir que ce sucre est naturellement présent dans le corps que ce soit chez les femmes ou chez les hommes puisqu’il tapisse la paroi de la vessie et du tractus urinaire.
Cependant il sert de point d’ancrage aux bactéries. Les études révèlent que E. coli est la plus souvent retrouvée dans les analyses d’urine chez les personnes présentant des symptômes.

Pris par voie orale, le D-mannose est absorbé au niveau intestinal puis il est directement éliminé par les reins sans être stocké dans le foie (contrairement au glucose). Il permet d’inhiber l’adhérence des microbes à l’épithélium des voies urinaires ce qui empêche les agents pathogènes de s’ancrer dans les parois de la vessie et de l’urètre. Il permet aussi de décrocher les bactéries déjà fixées à l’urothélium vésical favorisant un retour à l’état normal. Les microbes qui se retrouvent en suspension sont alors facilement éliminées avec les urines et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est systématiquement conseillé de boire beaucoup d’eau lorsque l’on présente des symptômes. Il est à noter que le D-mannose n’est pas métabolisé par l’organisme et il n’interagit pas avec d’autres substances comme les antibiotiques.

 

Dans cet article, nous nous intéressons exclusivement à la propriété principale du D-mannose qu’est l’inhibition de l’adhésion des germes (essentiellement E. coli mais aussi d’autres bactéries) aux parois des voies urinaires basses.

Cependant, il semble que cette molécule et certains de ses dérivés aient d’autres bienfaits car ils font actuellement l’objet de recherches. Ils pourraient présenter un intérêt dans le traitement de la maladie de Parkinson (inhibition de l’agrégation de l’alpha-synucléine), de l’anomalie congénitale de la glycosylation et de maladies du système nerveux périphérique (effet anti-inflammatoire).

On compte actuellement en France plus d’une dizaine de produits ayant des formules à base de D-mannose, tous disponibles sans ordonnance.

Certains produits sont enregistrés en tant que dispositifs médicaux mais la majorité présente le statut de complément alimentaire. Les principales formes galéniques adoptées sont les sachets ou les sticks, les gélules et les comprimés. Beaucoup de laboratoires proposent des formules qui associent le D-mannose à d’autres substances (comme la canneberge ou « cranberry » par exemple) bénéfiques pour maintenir le confort urinaire ou favoriser un retour vers celui-ci.

La dose la plus souvent proposée est de 2 grammes par jour en préventif et certains fabricants proposent d’autres dosages pouvant aller jusqu’à 6 grammes par jour pour traiter la cystite sur une courte durée comme dans le cas du Femannose. Etant donné que les sachets peuvent accueillir de plus grandes quantités de poudre que des gélules, cette forme galénique est probablement la plus pratique à l’utilisation.

Les données cliniques actuellement disponibles démontrent l’intérêt de l’utilisation du D-mannose comme traitement prophylactique de la cystite simple.

Cependant, plusieurs auteurs remettent en question la qualité méthodologique et le niveau de preuve des études réalisées. Plus de données bénéficiant d’un haut niveau de preuve sont encore nécessaires pour pouvoir se prononcer de façon franche et définitive. 

Il existe tout de même aujourd’hui un consensus scientifique qui est en faveur du D-mannose pour prévenir la survenue de récidives de cystites. Dans ce cas, il est conseillé de prendre le D-mannose chaque jour et de faire des pauses de quelques jours tous les mois. En revanche, pour le traitement curatif de la cystite aiguë, les recommandations sont d’utiliser des antibiotiques en cure courte. Dans tous les cas il faut boire beaucoup d’eau.

Le D-mannose est très bien toléré et le seul effet indésirable susceptible de survenir est la diarrhée.
Par précaution, le D-mannose est contre-indiqué chez la femme enceinte ou allaitante. Chez les enfants, un avis médical est indispensable avant d’entreprendre des soins avec cette molécule. La prise au long cours du D-mannose est déconseillée chez les personnes diabétiques car ce sucre est susceptible d’induire une élévation de l’hémoglobine glyquée.
Etant donné que le D-mannose n’est pas métabolisé et compte tenu de son mécanisme d’action, il ne possède pas d’interaction médicamenteuse.

Avant toute chose, les personnes qui ont régulièrement des problèmes d’infections urinaires doivent faire le point avec leur professionnel de santé.
En effet, certaines maladies ou malformations peuvent favoriser la survenue d’infections urinaires. Demandez-vous si vous n’avez pas un microbiote mal équilibré. A partir de 4 épisodes par an, on parle de cystite chronique ou récidivante et il convient de consulter un médecin. De plus, toute cystite au cours de la grossesse nécessite systématiquement un avis médical.
Pour réduire efficacement les risques d’infection urinaire, il faut bien connaître et respecter les consignes hygiéno-diététiques (boire au moins 1.5 L d’eau jour), et d’autant plus lorsqu’il s’agit de cystite post coïtale.
Dans le cas où vous souhaitez utiliser le D-mannose en traitement préventif, vous devez choisir la forme galénique qui vous conviendra le mieux (sachet, gélule, comprimé). Vous devez tenir compte de la posologie recommandée par le fabricant et du nombre d’unités de prise par boîte car il vous faudra prendre le produit sur plusieurs mois. N’hésitez pas à comparer les prix et à vous renseigner sur la qualité et sur la réputation des marques qui auront retenu votre attention. Enfin, si vous portez votre dévolu sur une formule faisant intervenir d’autres principes actifs associés au D-mannose, n’oubliez pas de tenir compte des précautions d’emplois de ces autres produits.

Les sources de cet article et les références des études

  • Vidal.fr
  • Kranjčec B, Papeš D, Altarac S. D-mannose powder for prophylaxis of recurrent urinary tract infections in women: a randomized clinical trial. World J Urol. 2014;32(1):79-84. doi:10.1007/s00345-013-1091-6
  • Domenici L, Monti M, Bracchi C, et al. D-mannose: a promising support for acute urinary tract infections in women. A pilot study. Eur Rev Med Pharmacol Sci. 2016;20(13):2920-2925.
  • Lenger SM, Bradley MS, Thomas DA, Bertolet MH, Lowder JL, Sutcliffe S. D-mannose vs other agents for recurrent urinary tract infection prevention in adult women: a systematic review and meta-analysis. Am J Obstet Gynecol. 2020;223(2):265.e1-265.e13. doi:10.1016/j.ajog.2020.05.048
  • Cooper TE, Teng C, Howell M, Teixeira-Pinto A, Jaure A, Wong G. D-mannose for preventing and treating urinary tract infections. Cochrane Database Syst Rev. 2022;8(8):CD013608. Published 2022 Aug 30. doi:10.1002/14651858.CD013608.pub2
  • Ala-Jaakkola R, Laitila A, Ouwehand AC, Lehtoranta L. Role of D-mannose in urinary tract infections - a narrative review. Nutr J. 2022;21(1):18. Published 2022 Mar 22. doi:10.1186/s12937-022-00769-x

En résumé, les mots clés du D-mannose
D-mannose, sucre, cystite, infections urinaires, vessie, bactéries, traitement, prévention

RELAX VALERIANE

Endormissement difficile et réveil nocturne

23,90 €
BOOST VITAMINE B12

Votre allié santé essentiel à tout votre organisme

29,90 €
CYCLIC MELATONINE 1.8

Dormir plus vite et plus profondément

28,90 €